Je me suis rendue compte que je ne vous avais parlé de Phobos qu’une seule fois sur le blog ! Pourtant, cette saga vaut le détour. Je viens de finir le tome 3, et même s’il me reste le dernier tome à lire et le roman spécial Phobos : Origines, j’avais envie de vous faire un petit article sur cette belle série. Je vous délivre donc mon avis sur les trois premier tome à travers un nouveau format de chronique, « 10 raisons de lire… » .



1. Une histoire inédite

Vous connaissez sûrement l’histoire de Phobos dans les grandes lignes, mais je vous remets ici le résumé du premier tome.

« Six prétendantes d’un côté.
Six prétendants de l’autre.
Six minutes pour se rencontrer.
L’éternité pour s’aimer.
Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars.
Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues.
Elle a signé pour la gloire.
Elle a signé pour l’amour.
Elle a signé pour un aller sans retour.
Même si le rêve vire au cauchemar, il est trop tard pour regretter. »

Ce résumé m’avait directement mis l’eau à la bouche même si j’appréhendais ma lecture du fait de tous les avis que j’avais vu passer dessus. J’ai peur quand on parle parfois un peu trop d’un livre, mais je suis contente d’avoir dépassé cela. L’histoire traite d’une émission de télé-réalité se passant sur Mars. Il y a de quoi trouver de l’originalité là-dedans.




2. L’espace !

Pour ma part, j’adore les histoires parlant de l’espace et de son étendu (d’où mon amour pour l’univers de Star Wars). D’ailleurs si vous avez des livres sur ce thème à me conseiller, n’hésitez pas. J’ai adoré dans Phobos les descriptions de l’espace dans la fusée et lorsque les pionniers arrivent sur Mars. Cela a grandement nourri mon imagination !



3. De grandes explications

Beaucoup de critiques négatives de Phobos porte sur des descriptions trop longues alourdissant l’intrigue et rajoutant des pages inutiles. Quelques passages descriptifs m’ont en effet ennuyée, je peux l’avouer. Toutefois, j’ai réellement apprécié la présence de schémas explicatifs afin de nous faire comprendre certaines notions difficiles à comprendre. Cela nous fait réellement croire à l’univers.



4. Des personnages attachants

En débutant le tome un, j’étais un peu perdue, car on a douze pionniers dont il faut rapidement se souvenir des prénoms. Au départ, je trouvais certains assez inutiles, mais dès que l’on arrive au tome 2, Victor Dixen réussit à accorder de l’importance à tous les personnages ! On retient finalement assez vite leur prénom et leurs caractères. Les personnalités varient sans tomber dans des archétypes clichés. Bref, c’est un sans faute pour moi au niveau des personnages.



5. Une héroïne touchante et humaine

Léonor est le personnage principal de l’intrigue. Je pense qu’il s’agit de l’une des seules à réussir à prendre des décisions concises et à aider les autres réellement. Toutefois, il lui arrive de faire des erreurs, ce qui permet de lui donner un caractère profondément humain, altruiste, et réaliste. Son histoire est en elle-même touchante et ses pensées m’ont parfois donné des frissons.



6. Des discours irréalistes au service d’une théâtralisation de l’action

Disons-nous le bien : les dialogues dans Phobos n’ont rien de réalistes. Essayez de les lire à voix haute, vous verrez bien que personne ne formulerait ses phrases ainsi à l’oral. Je pouvais considérer cela comme un défaut, au départ, mais après réflexion, cela va parfaitement avec le contexte. Les pionniers de Mars sont obligés d’adopter un dialogue cliché et théâtralisé du fait qu’ils se trouvent dans une émission de télé-réalité. Cela accentue le côté théâtral de ces émissions qui cachent bien évidemment des choses au public. Ce n’est peut-être qu’une interprétation de ma part, mais je trouve ce parti pris ingénieux.



7. L’alternance des points de vue

L’héroïne est Léonor, mais ce n’est pas pour autant qu’on la voit tout le temps. Les romans ne cessent d’alterner entre différents points de vue, se basant sur la caméra de l’émission. Lorsque l’on se trouve auprès des pionniers, nous sommes dans le « champ ». Mais on a aussi le contre-champ et le hors-champ. On ne se concentre pas que sur Léonor et ses compagnons, mais aussi sur Serena, la réalisatrice de l’émission, et d’autres personnages mystérieux. Bon, je ne vais pas vous mentir, les passages sur Andrew et Harmony m’ennuyaient assez souvent et je préférais retourner du côté du champ où l’action me semblait davantage intéressante.



8. Des rebondissements en série

Les fins de tome de Victor Dixen sont connus pour leur cliffhanger, c’est-à-dire que l’auteur nous laisse toujours sur un énorme suspens pour nous donner envie de sauter directement sur le tome d’après. Dans les romans en eux-mêmes, l’action ne cesse de s’enchaîner et de nous présenter de nombreux rebondissements. Sérieusement, je lisais le tome trois à côté de mon copain, et à un moment, j’ai lâche mon livre en criant « QUOIIIIIII ?! ». Il m’a un peu prise pour une folle, mais bon. Tout ça pour vous dire que ce n’est pas l’action qui manque auprès de nos petits martiens.



9. Une saga riche

A mes yeux, chaque tome a sa spécificité et sa ligne d’intrigue parfaitement construite. Je pense que Victor Dixen a fait un grand travail de rédaction sur son histoire et toutes les étapes avant de se lancer. Il n’a pas du tout écrit au feeling on va dire. La richesse de la saga vient aussi du fait qu’il sait marquer des temps de pause dans l’action tout en continuant à captiver son lecteur.



10. Un auteur passionné, à l’écoute de son lectorat

J’ai pu rencontrer Victor Dixen à Montreuil et je peux vous dire que cet auteur est réellement adorable ! Il prend réellement en compte nos questions, nos avis, tout ça tout ça. Il est aussi très actif sur Instagram et aime toutes les photos sur lesquelles on l’identifie. Cela pourrait sembler normal, mais de nombreux auteurs ne prennent plus vraiment soin de leur lectorat dès lors qu’ils obtiennent une grande renommée. 


Voilà, je pense que j'ai bien défendu la série, mais bien sûr, j'y ai trouvé aussi des défauts, comme vous avez un peu pu le voir. 




Vous avez aimé Phobos ? Si non, pourquoi ? Dites-moi tout !