Au fond de l'eau (VO : Into the water)  – Paula Hawkins


2017 / 356 pages / Prix : 19€95 (grand format)


" Beckford est donc un endroit bizarre rempli de gens bizarres, avec une histoire bizarre. Et au milieu, il y a une rivière, et c'est cette rivière qui est le plus étrange, parce qu'on a l'impression que de quelque côté qu'on se tourne, quelle que soit la direction vers laquelle on se dirige, on finit toujours par tomber dessus. " 


L’année dernière, j’avais lu La fille du train de la même auteure. Ma surprise et ma satisfaction firent immense face à ce policier. Toujours aujourd’hui, il reste l’un de mes livres préféré. C’est pourquoi, lorsque une amie m’a proposé de me prêter la version anglaise de son nouveau roman, Au fond de l’eau, je n’ai pas pu refuser.

- Résumé - 


Julia ne parle plus à sa sœur, Nel depuis des années. Elle refuse de lui parler et ne répond jamais à ses appels. Mais Julia apprend que sa sœur est morte. Elle se serait noyée dans l’eau après s’être jetée du haut d’une falaise. Afin de s’occuper de sa nièce de quinze ans, Lena, Julia se retrouve dans l’obligation de retourner dans la ville de son enfance, confrontée à son passé. En alternant entre différents personnages, les tragédies se succèdent et se rejoignent.



- Mon avis - 


J’ai un avis assez mitigé sur ce roman. Je pense que je m’attendais à beaucoup mieux du fait de ma lecture de La fille du train. D’un côté, Paula Hawkins garde une maîtrise parfaite du genre policier et du suspens. De ce fait, il est dur de décrocher du livre car on veut vraiment savoir la suite. La plume de l’auteure est magnifique.
J’avais fortement apprécié dans La fille du train la façon qu’avait Paula Hawkins d’alterner entre les interlocuteurs à chaque chapitre. De cette manière, on pouvait s’attacher réellement aux personnages, qu’ils soient principaux ou secondaires. Toutefois, je n’ai pas retrouvé cela dans La fille de l’eau. Si je me suis fortement attachée à Julia et à sa nièce Lena, ce n’est pas allé plus loin. J’en ai même oublié la majorité des personnages secondaires. Du fait d’une pluralité d’interlocuteurs sans réelle importance, j’ai eu parfois des difficultés à me retrouver dans l’intrigue. Beaucoup trop de fois je me suis dit « Mais c’est qui celui-là déjà ? ». Quand un chapitre était sur un personnage dont je ne me souvenais pas, j’étais obligée de retourner en arrière pour m’en souvenir, malgré une lecture attentive. La polyphonie et la multiplicité des points de vue m’ont alors fortement dérangées.
Malgré tout, Paula Hawkins réussit à décrire avec singularité et perfection les sentiments humains. L’histoire est bien menée, avec des histoires qui semblent au départ séparées mais qui ensuite se rejoignent délicatement et prennent tout leur sens. Mais certaines intrigues secondaires restent assez factuelles et lacunaires.
Pour conclure, ma déception est surtout venue avec la fin, qui ne m’a pas entièrement satisfaite et ne m’a pas particulièrement marquée. Elle était correcte, mais je m’attendais à beaucoup mieux. (encore une fois, je mettais sûrement la barre trop haut dès le départ en m’attendant à retrouver le coup de cœur que j’avais eu avec La fille du train…). Mais le roman dégage tout de même un certain charme et a le mérite de garder un suspens intenable, qui m’a tenu en haleine dans ma lecture.

- Ma note -


12/20


★★★☆☆