Chronique



Hier encore, c'était l'été 
- Julie de Lestrange


16 mars 2016 / 384 pages / 7€90 / Le Livre de Poche


Parce que c'est ça, le problème, mon petit. Ce n'est pas que les gens ont peur de vieillir, c'est qu'ils ont peur de mourir. "


- Résumé - 


" Alexandre, Marco, Sophie et les autres se connaissent depuis l'enfance. Ensemble ils sont nés, ensemble ils ont grandi, en toute insouciance. Mais lorsque la vie les prend au sortir de l'adolescence , la chute est brutale. En une décennie, cette jeunesse perdue mais pas désillusionnée va devoir apprendre à se battre pour exister. À travers les drames subsistent alors l’amitié, les fous-rires et les joies. Et l’amour, qui les sauvera. " 


- Mon avis - 


Bien que j'ai eu du mal à me lancer dans ce roman, il s'est révélé être une véritable surprise. J'avoue que les deux premiers chapitres ne m'ont pas conquis, j'étais presque à deux doigts de le mettre de côté et de me lancer dans une autre lecture. Mais je me suis dit que, si je faisais ça, ce roman allait croupir dans ma Pile à lire et que j'aurais du mal à le ressortir un jour. Donc je me suis accrochée, et j'ai bien fait.

Le roman se penche sur des thèmes assez génériques : l'amour, l'amitié, la famille et le travail lorsque l'on passe de l'enfance/adolescence à l'âge adulte. Cela pourrait sembler assez banal, mais Julie de Lestrange développe ces thèmes avec une finesse sans nom. Les événements sont bien menés, ils s'entrechoquent bien entre eux et il y a même à certains moments de grands effets de surprise.

On retrouve un grand nombre d'ellipses ponctuant le récit. L'histoire démarre dans les années 2000 et s'étend sur plusieurs années. Cela ne pose aucun soucis de cohérences et apporte de l'action au récit. Sans compter les deux premiers chapitres du roman, je ne me suis jamais ennuyée. 

De plus, Julie de Lestrange forme un portrait bien tracé de ses personnages : elle formule à tous une histoire, donne leurs particularités, leurs qualités et leurs vices. D'un autre côté, je ne me suis pas sentie perdue malgré le nombre important de personnages. 

Toutefois,  j'aurais peut-être préféré que le roman ne s'attarde pas que principalement sur le personnage d'Alexandre et qu'on en apprenne peut-être davantage sur Sophie. Ce personnage féminin est, à mon goût, bâclé, si bien que je n'ai pas vraiment ressenti d'émotions lorsque celle-ci est confrontée à certains problèmes (je ne dirais pas plus pour ne pas spoiler, mais ceux qui l'ont lu devrait comprendre de quoi je parle surtout !).  Seuls les personnages d'Alexandre, de Marco et même d'Anouk m'ont véritablement marqué. 

J'ai passé un agréable bon moment avec cette bande d'amis, en découvrant leurs joies, leurs craintes, leurs déceptions. Le roman se révèle être finalement une véritable ode à l'amour et à l'amitié. La plume de Julie Lestrange est douce et simple. Je vous conseille cette lecture et j'ai hâte de me procurer le tome 2, Danser, encore


De la joie et de la bonne humeur ~

- Ma note -




★★
★★☆