La Passe-miroir livre 1 : Les fiancés de l'hiver - Christelle Dabos


2013 / 528 pages / Gallimard Jeunesse / 18€ (grand format) 


« Clouée sur place, Ophélie était incapable de bouger. Il était là. L'homme qui était sur le point de déstructurer sa vie était là. Elle ne voulait ni le voir ni lui parler. »


Je ne sais pas pour vous, mais je n’arrêtais pas de voir cette saga un peu partout sur les blogs ou en librairie. En plus, j’ai vu certaines critiques le mettre à la hauteur de Harry Potter ! Je me suis décidée à lire le premier tome en le trouvant miraculeusement à la bibliothèque. Je me suis plongée dans cet univers fantastique inédit avec joie. Et je n’ai été aucunement déçue de ma lecture. Ce roman m’a particulièrement touché et marqué. Il m’a fait passer par divers émotions, entre émerveillement, frissons, rires et bouleversement.


- Résumé -



Ophélie est une passe-miroir : elle peut passer d’une destination à une autre grâce aux miroirs. En plus de cela, elle hérite du don des Animistes : elle peut lire le passé des objets en les touchant. Alors qu’elle s’occupe avec passion du musée de son oncle, on la contraint à se marier à un homme venant de l'Archipel et du peuple des Dragons, Thorn.
Les mariages entre différents clans sont très rares. Ophélie ne comprend pas pourquoi elle, plutôt qu'une autre, a été choisie comme fiancée de cet homme pourtant important sur l’Archipel. Ophélie va alors découvrir peu à peu les raisons de ce mariage, à travers divers aventures …


- Avis -


J’ai tellement aimé ce premier tome. Dès le début, nous sommes plongés dans un univers totalement inédit : des clans possédant des pouvoirs spécifiques, des esprits de familles immortels, des villes infiniment magiques.

J'étais émerveillée en découvrant ce bel univers ~

Ophélie est un personnage attachant. Elle est imparfaite car maladroite et parfois naïve, mais c’est ainsi qu’on peut s’associer à elle. Plongée dans un nouveau monde totalement différent du sien, on ne peut lui reprocher ses maladresses à la cour, d’autant plus qu’elle a été forcée à se marier. Mais Ophélie sait agir avec bonté dans les moments de grandes décisions malgré les difficultés et les responsabilités qu’on lui incombent. L’injustice est forte et se ressent dans tous les actes exercés contre la jeune fille. Ophélie ne fait que peu d’erreurs dans sa nouvelle vie pourtant si compliquée mais chacune de ses fautes sont réprimés durement. Elle tente pourtant de trouver sa place et d’accepter son sort, tout en cherchant des solutions pour contourner ce futur maudit qu’on lui réserve. De plus, on observe une véritable évolution positive de son comportement tout au long du roman.

Ophélie est aussi intéressante du fait qu’elle se distingue du peuple des Dragons mais surtout de son propre clan à Anima. Contrairement à ses sœurs ou autres filles, elle ne se préoccupe pas de son apparence, elle refuse deux fois de se marier et fait tout pour utiliser ses dons d’Animistes. Mais elle ne les utilise qu’avec modération et le monde fantastique présenté par l’auteure n’est alors pas surchargé d’effets magiques. Christelle Dabos agrémente son récit de merveilleux avec justesse et finesse. Un peu comme dans Harry Potter, en soit. On a des éléments relevant du fantastique, bien sûr, mais il n’y a pas à chaque page des tours de magies. Dans les deux livres, on met en avant les aventures des héros, qui arrivent généralement à s’en sortir ou à découvrir de nouvelles choses grâce à leurs dons.

Thorn, quant à lui, est au départ un personnage détestable. Mais est-ce dérangeant ? Encore une fois on a un personnage imparfait. L’auteure ne souhaite pas nous dévoiler une histoire d’amour se déroulant parfaitement entre les deux jeunes fiancés. Au contraire, on voit qu’elle souhaite mettre des obstacles dans la vie d’Ophélie, et son mari en fait parti. Elle ne peut se confier à personne dès son arrivée au pôle, ni aux dames de la cour, ni à Thorn. Toutefois, les secrets entourant le passé de Thorn restent mystérieux jusqu’à la fin du roman. A mon avis, ce n’est que dans les tomes suivants qu’on pourra en apprendre plus sur lui. On ressent alors de l’empathie rapidement pour ce jeune homme. J’ai souvent été bouleversée par les difficultés que rencontraient ces deux personnages principaux. Sans compter certains serviteurs rencontrés par Ophélie, Thorn et la jeune Animiste sont les seuls à ne pas entrer dans ce jeu d’hypocrisie entourant la cour mondaine.

Il faut aussi noter que le roman est vraiment bien écrit. La plume de l’auteure est légère, les descriptions sont présentes mais elles sont essentielles et ne sont pas exagérées. Je ne me suis pas ennuyée une seule fois car l’action s’enchaîne finement. C’est un roman classé jeunesse, Christelle Dabos ayant remporté un concours de roman jeunesse en 2012 organisé par Gallimard Jeunesse, RTL et Télérama. Mais il n’est pas du tout infantilisant. La passe-miroir peut convenir aux enfants, bien entendu, mais certains aspects lui permettront aussi de satisfaire les plus grands.

J’ai du mal à formuler un avis complet et bien formé sur ce roman, je l’avoue, car cette lecture m’a profondément marquée. J’ai eu du mal à lâcher le livre. A la fin de ma lecture j’étais bouleversée, stupéfaite, heureuse d'avoir eu la possibilité de découvrir cette merveilleuse saga. J’ai directement commandé le livre 2 et j’ai hâte de le lire. J'ai aussi, au passage, commandé le livre 1, puisque je l'avais empruntée mais que je le voulais absolument dans ma bibliothèque.

Le tome 1 de la Passe-miroir, Les fiancés de l’hiver a été un véritable coup de cœur. Si vous ne l'avez pas encore lu, je vous le conseille vraiment.

Je vais garder précieusement ce livre auprès de moi ❤

- Ma note -


★★★★★