Chronique




Nous les filles de nulle part - Amy Reed


28 février 2018 / 544 pages / 19€ (broché) / Albin Michel


Le silence ne veut pas dire oui. Un non peut-être pensé et ressenti sans jamais être prononcé. Il peut être hurlé en silence à l'intérieur. Il peut se trouver dans la pierre muette d'un poing serré, les ongles s'enfonçant dans la paume. les lèvres scellées. Les yeux fermés. Son corps à lui ne faisant que prendre, sans jamais demander, n'ayant jamais appris à interroger le silence. "



- Résumé - 



" Grace vient d'entrer au lycée de Prescott après avoir déménagé. Dans la chambre de sa nouvelle maison, elle découvre des mots griffés sur le mur : Aidez-moi. Tuez-moi, je suis déjà morte.

Ces mots, c'est Lucy, qui les a tracés. Lucy, qui a accusé trois garçons de Prescott de l'avoir violée. Lucy, qui a été traitée de menteuse par le reste du lycée. Lucy, que la police n'a pas écoutée. Lucy, qui a fui la ville avec ses parents.

Très vite, Grace comprend que cette violence s'exerce à tous les niveaux dans la ville de Prescott : quand les joueurs de l'équipe de foot notent le physique des filles qui passent devant eux ; quand son amie Rosina doit éviter les avances des clients du restaurant où elle travaille ; et surtout sur le blog du moment, « Les vrais mecs de Prescott » dont la ligne éditoriale consiste principalement à considérer les femmes comme des objets.

Grace, Erin et Rosina sont décidées à agir, mais elles ne peuvent le faire seules. "



- Mon avis - 



J’ai lu « Nous les filles de nulle part » écrit par Amy Reed. Ce roman traite d’un sujet qui me tient beaucoup à cœur : la lutte pour l’égalité des sexes

Le public visé par ce roman 

Je tiens d’abord à préciser qu’il ne s’agit pas d’un livre tout public. Il y a des scènes assez dures dans le roman qui pourraient heurter la sensibilité des plus jeunes. Toutefois, l’intrigue reste accessible à un public de jeunes adultes, car tout n’est pas entièrement décrit. À lire à partir de 15 ans, donc.

Une écriture fluide et agréable

Au départ, la taille du roman me dérangeait un peu. Je n’ai pas peur des gros livres, au contraire, j’en lis beaucoup, mais je me demandais si le sujet n’allait pas s’affaiblir, si l’intrigue n’allait pas être trop lourde pour le thème abordé. Et ça n’a pas été le cas, puisque Amy Reed a une écriture très fluide, simple, sans superficialité. Les chapitres sont courts, et il y a une alternance des personnages observés. Certains chapitres sont alors nommés « Nous » , où Amy Reed observe d’un point de vue omniscient plusieurs filles dans différentes situations. D’autres chapitres se concentrent sur un personnage en particulier. Enfin, l’auteure dévoile des extraits du blog sexiste des « vrais mecs de Prescott ». 
J’ai apprécié le fait que, hormis pour les extraits du blog, Amy Reed n’utilise pas le « je » lorsqu’elle concentre l’intrigue sur un personnage en particulier. Ainsi, on ne se retrouve pas perdu comme dans ses livres à voix multiples où le « je » peut caractériser tous les personnages. L’alternance sur l’observation des personnages permet de créer un véritable dynamisme dans l’intrigue

Les personnages 

« Nous les filles de nulle part » met en scène une majorité de filles, contre une minorité de garçons. Cela ne veut pas dire que les hommes ne peuvent pas prendre part au combat féministe. Les hommes ne doivent juste pas prendre une place trop visible dans la lutte et ne pas cacher les femmes. 
Nous avons alors de nombreux personnages, plus ou moins décrits. Nos trois héroïnes que sont Grace, Rosina et Erin ont trois caractères bien différents, mais ne tombent jamais dans le cliché. J’ai vraiment apprécié ces personnages, et les trois m’ont profondément touchées (bon j’ai tout de même une petite préférence pour Rosina). Mais ce qui est merveilleux avec ce roman, c’est que les personnages secondaires sont eux aussi attachants ! Ils sont décrits brièvement, mais leurs actions dans la lutte ou leurs paroles restent touchantes et marquantes. 
Enfin, j’ai aimé le fait que les violeurs ne soient décrits que sous leur aspect machiste tout au long de l’intrigue. Amy Reed ne cherche pas à humaniser les responsables, et c’est une chose vraiment importante.

Les thèmes

Les thèmes abordés dans l’intrigue sont multiples. Tout d’abord, les principaux sont ceux de l’inégalité des sexes, de la lutte féministe et des injustices dans le milieu juridique pour les femmes. Ces thèmes sont parfaitement développés à travers divers témoignages et exemples. Les paroles, faits et gestes sexistes réalisés par certains personnages masculins et même féminins sont parfaitement représentatifs de la vie réel.
Puis, l’histoire s’intéresse à d’autres thèmes divers, comme l’amour, l’homosexualité, la transexualité, la différence, l’autisme, le manque de confiance en soi, ... On y trouve même une histoire d’amour vraiment mignonne et optimiste que j’ai vraiment appréciée. 

Les messages 

Les thèmes abordés sont donc pluriels dans ce roman. Par conséquent, les messages donnés par l’auteure le sont aussi. La lutte exercée par les filles de nulle part n’est pas utopique, de nombreuses femmes continuent de manifester pour leurs droits à ce jour. De plus, l’auteure montre bien les difficultés à tenir des propos féministes dans notre société. A travers une histoire plus que réaliste, Amy Reed nous montre que nos droits en tant que femme ne sont pas encore entièrement acquis. Il y a eu de nombreux progrès depuis le 20e siècle, certes, mais la lutte n’est pas finie. Les injustices règnent toujours, notamment du côté des garçons qui ont tendance parfois à considérer les femmes comme des objets. Mais attention, Amy Reed ne dit pas que tous les hommes sont sexistes ou se comportent comme des violeurs. Elle dévoile des personnages masculins doté d'une attitude positive envers les femmes. De plus,  l’auteure montre que certaines femmes ont intériorisées des valeurs sexistes. Les hommes ne sont pas les seuls à adopter une attitude néfaste aux femmes. Amy Reed développe donc des interrogations sur l’inégalité des sexes pour nous adresser ce message : la lutte des femmes est importante et est toujours d’actualité. D’un autre côté, l’auteure conclut sur une touche optimiste, en montrant qu’une égalité est possible, mais qu’il faut venir la chercher. 


❀ En bref  

 Des chapitres courts et dynamiques
 Une lecture fluide et agréable 
 Une mise en avant des femmes 
 Des personnages attachants 
 Des thèmes parfaitement développés 
 Un message sur la lutte pour l’égalité des sexes important et marquant.


Merci à Albin Michel pour cette lecture ! 


- Ma note -




★★★