La voleuse des toits - Laure Dargelos

By Etoile livresque - 05 mars


Merci à Laure Dargelos pour ce joli service presse !

Résumé

Véritables piliers de la société, les règles écarlates ont prohibé toutes formes d’expression : l’art, la littérature et la musique n’existent plus. Chaque jour, la milice multiplie les exécutions pour asseoir l’autorité du régime.
Dans ce monde totalitaire, Éléonore Herrenstein, une jeune aristocrate, s’élève contre l’ordre établi. Demoiselle respectable le jour et voleuse la nuit, elle espère rejoindre la rébellion pour renverser le gouvernement. Hélas, la voilà brusquement fiancée à l’un des hommes les plus puissants du royaume. Qui est donc Élias d’Aubrey, cet être impénétrable qui semble viser le pouvoir absolu ? Un étrange secret ne tarde pas à resurgir du passé, un mystère qui entoure une toile peinte un demi-siècle plus tôt.
Éléonore ignore encore que sa quête l’entraînera bien plus loin qu’elle ne l’imagine. Dans un voyage au-delà du possible… " 

Mon avis

La voleuse des toits est un superbe roman en un seul tome lancé il y a très peu de temps et écrit par Laure Dargelos en auto-édition. On y retrouve de nombreuses thématiques, avec tout d'abord l'idée d'un système oppressif dans une société à part, où les arts sont prohibés. Dans une société ressemblant à celle de la Renaissance, la jeune Eléonore évolue et se retrouve très vite impliquée dans un conflit qui dépasse l'entendement humain. On va alors rapidement être plongé dans un roman aux aspects fantastiques puisqu'il y est question de voyage dans le temps. Aux abords du fantastique, du steampunk et de la dystopie, j'ai vraiment été entraînée par ce roman aux facettes multiples. 

Parlons d'abord de notre héroïne principale. Eleonore fait partie d'une famille aristocratique mais ne peut s'empêcher de vouloir contrer la dictature mise en place. Ayant un goût prononcé pour les arts, elle n'hésite pas à aller voler des objets en rapport avec cela, le soir, en se cachant sous une autre identité, celle de Plume. 

" Personne ne devait découvrir sa double identité. Plume avait quinze ans lorsqu'elle avait coupé ses cheveux sous le coup d'une impulsion. Ce n'était pas seulement de la provocation, plutôt l'envie de se libérer. " 

J'ai retrouvé dans le personnage d'Eleonore/Plume l'image d'une femme forte et émancipée. Elle dénote avec les autres dames de la cour vivant sous le joug de leur mari ou d'une autre figure d'homme. Malgré son statut, elle n'hésite pas à refuser les demandes en mariage, même de la part d'hommes bien plus riches qu'elle. Elle reste toutefois assez naïve et évoluera sur ce point au fil des chapitres. Idéaliste à souhait, elle se rendra compte que ses espoirs peuvent parfois être vains dans une société qui fait tuer toutes légères oppositions. C'est ainsi qu'elle acquiert une réelle maturité et l'évolution est réellement agréable à suivre pour le lecteur. J'ai aimé sa passion pour les arts et sa volonté habituelle de vouloir contourner les règles, mais aussi sa sensibilité et quelques fois son manque d'assurance. 

" Mais il existait une liberté qui jamais ne s'évanouirait. La liberté de rêver ... elle était devenue une voleuse de toits qui, à la nuit tombée, usait de l'obscurité pour dérober au gouvernement une part d'espoir. " 

Il faut aussi souligner qu'une certaine romance naît dans ce roman. J'ai d'abord eu peur en pensant apercevoir un triangle amoureux, mais il ne fut finalement pas présent et heureusement puisque j'ai souvent du mal avec ça. Je ne sais pas depuis combien de temps réellement une romance m'avait réellement touchée et happée à ce point, si ce n'est peut-être depuis La Passe-miroir de Christelle Dabos. Ici, la relation entre les deux personnages est particulièrement bien mise en avant et amenée au fur et à mesure. Leur relation m'a réellement émue, et au larme lors d'une certaine scène que vous découvrirez seulement si vous lisez le roman ! Il est vrai que ce roman m'a fait passer par de nombreuses émotions - les moments d'action m'ont vraiment tenue en haleine tandis que certaines scènes ont presque pu me faire verser une larmichette - ce qui est assez rare quand je lis. 

" Alors c'est pour cette raison que vous ne ferez rien. Parce que vous daignez que les autres s'unissent contre vous. " 

Le point fort et ultime de ce roman à mes yeux est surtout la façon dont les révélations viennent au fur et à mesure. Je l'ai fini vraiment vite et même si cela est dû à mon rythme de lecture assidu, je peux aussi vous dire que cela s'explique surtout par le fait que ce roman me tenait vraiment en haleine. Le suspens est souvent à son comble à chaque fin de chapitre et les 677 pages qui m'avaient fait peur au départ sont finalement passées à une vitesse inouïe. Les révélations sont bien amenées, parfaitement expliquées et cousues avec un long fil à travers les différents passages du roman.

J'ai aussi été fort agréablement surprise par l'utilisation du voyage temporel. Il est vrai que ce point me rendait au départ sceptique car je trouve que les voyages dans le temps peuvent souvent servir comme une facilité dans l'action (coucou à Harry Potter et l'enfant maudit...). Toutefois, cette caractéristique est ici parfaitement présentée, et même si le don en lui-même aurait pu être davantage expliqué, j'ai aimé la façon dont le sujet a été abordé. Il s'agit surtout d'une grande réflexion autour de l'utilisation que les hommes font du temps, avec surtout, l'influence forte du passé sur le futur et l'importance d'étudier l'histoire pour comprendre notre monde et notre présent. 

" Mais surtout faisons en sorte que passé et présent se rejoignent, car dans un autre siècle se trouve souvent la cause des guerres d'aujourd'hui ... " 

Peut-être que comme moi, au départ, les 677 pages du roman vous feront peur. Toutefois, sachez que la plume de l'autrice est très agréable à lire et que les actions s'enchaînent réellement aisément entre elles. Le travail d'écriture est splendidement réalisé et je ne peux qu'applaudir son travail pour cela. Si les détails sont présents et aident à la compréhension et à la découverte de l'univers, le style utilisé est réellement abordable et jamais ennuyeux. 

Pour conclure, il est vrai que j'ai trouvé la fin un peu trop rapide et peut-être pas aussi bien amenée que le reste à mon goût. Toutefois, il s'agit d'une très bonne conclusion. Ce roman a dans tous les cas été un réel plaisir à découvrir et cela faisait longtemps que je n'avais pas lu un aussi bon roman en auto-édition. Et puis, au passage, vous avez vu cette belle couverture ? Je vous laisse sur le site interactif de l'autrice qui est très bien réalisé, présentant par ailleurs de jolis dessins des personnages. 

Ma note

★★★★


  • Share:

You Might Also Like

6 commentaires

  1. je ne connaissais pas ! ça a l'air trooop bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Franchement, c'est tellement mon style ! J'ai adoré :)

      Supprimer
  2. J'avoue que j'ai vraiment envie de le lire mais ta comparaison avec la passe-miroir m'a un tantinet refroidie :(.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Après rien ne rapproche les deux univers ^^ je stipulais juste que je n'avais pas réellement apprécié une romance depuis celle d'Ophélie et Thorn. Mais la romance présente dans La voleuse des toits n'a aucun rapport avec la relation développée dans LPM !

      Supprimer
    2. Lol je n'en ai pas tenu compte et j'ai finalement sauté le pas , je vais donc lire la voleuse des toits ;), merci de m'avoir tentée :p

      Supprimer
  3. Ce livre a l'air top ! C'est vrai que 677 pages ça peut rebuter haha mais bon ton avis donne envie ^^. Je vais le mettre dans ma wish-list je pense (j'essaie de ne pas trop faire grossir ma PAL xD). Le fait que tu compares la romance avec celle de La Passe-Miroir me rassure car je ne suis pas très romance et encore moins triangle amoureux ! Mais j'ai adoré Ophélie et Thorne (enfin dans les deux premiers tomes pour le moment xD) et si c'est dans la même veine je pense que je peux carrément aimer :).

    RépondreSupprimer

Merci pour tous vos commentaires qui me remplissent de joie ❤